Retrouver du sens avec Voala

Retrouver du sens avec Voala

Screen Shot 2017-04-28 at 15.10.50.png

vidéo disponible ici.

Camille : Qu’est-ce que signifie votre logo, Voala ?

Blanka : Ça signifie pour nous que la papier n’est pas une chose simple. C’est un moyen, un outil d’expression. C’est l’art, l’espace, les sens… 

Pavel : Pour moi, c’est l‘idée que lorsque je prends une nouvelle feuille de papier, je ne pense pas à ça comme une chose ou un produit. Il y a beaucoup d’histoires et de choses qui vont s’imprégner dans la papier, comme dans un carnet. Même pour les carnets sans lignes. Nous cherchions des papiers recyclés pour qu’ils aient déjà une histoire à raconter. Nous essayons de faire beaucoup de choses de façon écologique. Le plus important c’est qu’il y ait une histoire, un passé… La façon de produire le produit, dans l’industrie de la papeterie, est la même depuis 120 ans. Donc il y a beaucoup d’histoires derrière le simple objet qu’est le papier.  

Donc pourquoi pas juste du papier? Un autre idée importante pour nous et pourquoi une telle forme de cahier, c’est parce que ce n’est pas un simple carnet, c’est un journal. Où vous re écrivez, vos pensées, votre vie… donc vous posez votre emprunte sur le papier d’une façon ou d’une autre. 

Blanka : Des gens autour de nous nous disaient: « ils sont trop épais vos carnets« , donc nous n’allons pas en vendre beaucoup. Parce que « les gens vont en acheter un et ne jamais revenir pour un autre« . Après j’ai réalisé qu’ils avaient probablement raison mais ça ne m’importait peu, je veux juste avoir un gros carnet

Pavel : c’est un journal pour une année, pour le travail ou la maison… Pour un carnet d’une année, il y a environ 240 pages, je n’écris pas une page entière par jour mais presque! En mettant notre empreinte sur le papier, en tant que créateur ou simple utilisateur, c’est tellement important. Vous y renversez du café, les coins deviennent abimés et bien d’autres choses se passent, c’est bon signe… Vous écrivez à travers, ce n’est pas simplement écrire des mots sur du papier, ça reflète véritablement comment vous l’utilisez lorsque vous l’avez dans vos main. Étant donné que nos carnets ne sont pas emballés dans du plastique ce n’est pas très protégé. Donc… lorsque vous le mouillez trois fois, ça reste avec vous pour la vie.  

Blanka : Lorsque les gens viennent choisir un carnet, ils me montrent l’ancien me disant « je veux le même« . Et à chaque fois il m’est difficile d’identifier lequel. Je le regarde et me demande « mais il y avait quelque chose de marqué en dessous » donc je dis « vous avez vraiment un beau carnet« . Plus tard je réalise que c’est un de notre ancienne collection. Donc nous prenons des photos, pour faire un album photo d’objets. C’est une histoire sans fin, et les gens y ajoutent des autocollants par dessus, parce qu’ils voyagent à travers le monde, c’est vraiment sympa ! 

Retrouvez la Boutique Voala et toutes les créations sur Solybox, ici.

Collection FLOW avec des cahiers uniques (couverture peinte par un artiste)

Screen Shot 2017-05-01 at 15.44.08

Voala, quelques présentations

Voala, quelques présentations

Introduction

Screen Shot 2017-04-28 at 15.06.58
 
Camille : Pouvez-vous vous présenter en quelques phrases ?
 

Pavel : Je m’appelle Pavel, I vous accueille dans notre studio Voala. Je suis ici avec ma femme Blanka. Il y a 10 ans nous avons fondé un studio graphique ensemble, sous un nom mais aujourd’hui notre marque ne se limite pas au graphisme. Ce n’est pas un simple studio de graphisme. Nous recherchions un élément qui nous décrit bien, et c’est l’élément de surprise« Voala » ! 

Blanka : Voala n’est pas correcte en français, malgré tout c’est assez proche… Voilà !

Pavel : C’est communément utilisé en tchèque aussi. Nous sommes de Prague, nous vivons dans le quartier de Letná et c’est très beau ici, il y a beaucoup de parcs… et originairement nous sommes de Beskydy, nous avons grandit dans les montagnes. Nous avons quatre enfants ensemble . 

Camille : Quel est le sens de votre marque ?

Blanka : Je pense qu’il est important de montrer aux gens que les choses simples peuvent être belles. J’aime lorsque c’est connecté à la vie. Et pas seulement à ce que l’on crée ici. Ce que j’apprécie aussi, c’est lorsque les choses sont vraies et traditionnelles, ayant une connection à quelque chose. Peu importe si c’est une fourniture ou un produit fermier. De nos jours, il est facile d’obtenir tout de cette manière. Et c’est bien pour nous, de nous connecter à ces choses tout le temps. L’artisanat que nous mettons dans nos carnets a une longue histoire dans notre famille. Parce que mon grand père était imprimeur, donc lorsque j’étais à l’école et à l’université, je commençais à découvrir son travail. J’ai vu des photos de sa jeunesse, où il travaillait. Derrière lui, il y avait de grosses piles, de papiers et d’imprimantes. Des mécanismes d’impression avec des parties en bois. Dans chaque espace une différente.  Je sais que c’est là où réside mon coeur, je suis que ça suit la lignée de ma famille.

Pavel : J’ai un bon souvenir… dans ma jeunesse, je prenais le temps de redécouvrir d’anciens objets… des boîtes d’allumettes ou des crayons par exemple. Ils avaient tous un beau design, original des années 20. Ils étaient produit avec une excellente typographie. Mais ils étaient réalisés d’une façon complètement différente de ce que l’on peut trouver de nos jours. Dans notre processus de production, nous nous focalisons sur ce point : rapporter ces choses au grand jour, qui ont été oubliés avec le temps. D’un autre côté, ces objets étaient de qualité tout en étant esthétique ! D’un point de vue du design, de notre travail en tant qu’artiste, designer et créateurs, ces objets m’ont beaucoup influencé lorsque j’étais enfant.

Camille : Quels sont vos rituels ?

Blanka : La préparation de mon plan de travail. Je dois commencer avec une table parfaitement propre, il en est de même pour les fenêtres ! Donc, ça doit être propre partout, puis je sors l’ensemble de mon matériel. Je pose sur la ma table, tous mes outils: brosses, pinceaux, colles… C’est un moment de premier contact. Comme si ça allait commencer maintenant, Action ! Donc c’est ce qui m’arrive. C’est un moment créatif très fort. Un moment très intéressant…

Camille : Quand avez-vous découvert cette passion pour votre métier ? 

Blanka : C’est pendant l’enfance, c’était simplement en nous et nous étions chanceux vous savez… de pouvoir y plonger aussi tôt tout en pouvant en vivre.

Pavel : Nous sommes très reconnaissants d’être ici avec vous. D’avoir la possibilité de pouvoir vivre de notre passion, pour nous, pour nos collègues en tant qu’auteur et guide de nos clients. Lorsqu’une agence souhaite quelque chose sans être capable de le décrire, nous sommes dans la capacité de répondre à leurs questions et attentes, au regard de leur attitude. Nous pouvons dire ce qui est bien pour eux. C’est quelque chose entre le Paradis et la Terre, et ça marche plutôt bien. Je me souviens un moment important lorsque nous étions en train de chercher ce qui nous décrit le mieux. Nous avons mis cette phrase d’accroche juste à côté de notre logo « studio de graphisme avec l’amour du papier ». C’est né de notre rapport aux choses. Par exemple, lorsque j’achète des vêtements j’ai besoin de toucher la matière. Je suis d’abord intéressé par le touché, pas par le côté esthétique de la chemise. Donc ma décision finale va dépendre du touché. Comment ça peut correspondre à ce que je suis et ce que je ressens… Puis après je m’intéresse au visuel, mais la matière et sa fusion avec mon corps sont très importants pour moi. C’est pareil avec le papier, le papier c’est un grand monde. Mais dans le vrai monde lorsque l’on prend un papier fait avec du matériel ‘standard’ (souvent utilisé par les industriels) on sent que c’est très limité. Nous aimons le papier et nous le montrons à nos clients. Il y a d’autres papiers, qui agissent et qui proposent différents sens. Il peut arriver qu’en prenant un papier particulier dans vos mains vous devenez émotionnel, avec un bon sentiment, malgré tout. 

Blanka : Nous avons un « livre d’échantillons (de papiers) » qui ressemble à ça (sur la photo & vidéo): avec des matières originales, des couleurs fraiches et des structures… Ma fille de trois ans, lorsqu’elle le voit à la maison, elle adore le regarder! Je n’imaginais pas qu’une petite enfant de 3 ans pouvait décrire chaque sens. Elle disait qu’elle sentait le soleil et les nuages mais elle s’arrêtait aussi sur différentes pages pour les toucher et les sentir. C’est un moment précieux où l’on peut très vite comprendre et connaître la personne avec qui nous sommes. 

Retrouvez la Boutique Voala et toutes les créations sur Solybox, ici.

Collection FLOW avec des cahiers uniques (couverture peinte par un artiste)

Screen Shot 2017-05-01 at 15.44.08

Interview with Ema Mamisu

Interview with Ema Mamisu

Screen Shot 2017-04-28 at 17.33.58

video available here.

Camille : Can you please present yourself ?

Bára (Ema Mamisu) : I am from Prague, I founded this company in 2013, alone. After one year Petra Maskova joined me. She is right now on maternity leave. So I’m alone in the business for now. Sometimes some assistants come help me, when needed.

Camille : What is the meaning of your brand ?

Bára (Ema Mamisu) : We want to make beautiful and useful products. The most important thing is « good functioning » and « good to use ». Things need to be solid in order to last long, at the same time they are unique and interesting, so when people hold them in their hands their heart is pounding with joy, when using it.

Camille : What are your main values at Ema Mamisu ?

Bára (Ema Mamisu) : At first place, it’s the function of the product. When I create something it must be functional to the maximum. Sometimes I add an esthetic value but it’s really important to be mainly functional.

Camille : Do you have rituals during the process of creation ?

Bára (Ema Mamisu) : First I need to clean my working area before I start to work. I like it when it’s clean and I like to listen to audiobook during the process of creation. I play audiobook and I began. Which genre ? Like detective most of the time. Sometimes when I’m listening to them the dark atmosphere of the genre is taking place around me. I compensate it, with colours of dots, and other tenderness. I remember one moment, I was listening to a dark and uncomfortable book while painting small little dots on the cups. Which were also very small. They were very cute afterwards ! It was the biggest contrast in what was going on. I like to listen to Maigret. I know him a lot. So only from time to time. Plus, I like new detective stories coming out, mainly Scandinavian. Yes also Jo Nesbo but not as much !

Camille : Where do you find your inspiration ?

Bára (Ema Mamisu) : Definitely not from detective audiobooks. Much more from everything around me. When I see some interesting things, even from another specialization. I’m going through different magazines, about Home or Design. There I collect inspiration in shapes and decoration. Sometimes in the nature as well but nature is not good inspiration for practical products. But when I create things, in oven working with wood, yes. I remember once I wanted to create a vase that look like a wasp nest. Colours, structure and shape included. I haven’t been able to realise it yet !

Camille : When did you started Ema Mamisu ?

Bára (Ema Mamisu) : It was around 2012. My job at the time didn’t worked well for me. Intern relationships included and the impulse was that I was fired… So I realized now it’s time to start and stop finding excuses, on why I can’t.

Camille : What is the authenticity of your products ?

Bára (Ema Mamisu) : Our authenticity is in the preparation of our materials. We make it ourselves. Not that we mix the glaze as someone else, but we mix it on our own way and from there we mix everything we need plus we are mixing other things than just glaze ! That’s what I think is making us unique. In ceramic there is infinite spectrum of colours that you can make, depending on which glaze you may use. Each glaze look different on various materials. So it’s in combining glaze with materials it can make you special because nobody else knows the ingredients. We can keep our originality. Plus, we are doing the procedures. Unless you put it into the mold you can’t copy it. Huge big part of the products is handmade work. For example, the finger-pressed bowl, which I offer on Solybox (here)… this bowl I press it with my fingers which is my specific shape. Since everybody has a different shape. Finger pressing by another person look different. Then there is quite a long process of creation. And it’s not easy to discover how to make it…

Camille : What is your favorite part of the creation process ?

Bára (Ema Mamisu) : Definitely inventing the product in my head when I got the idea and I’m thinking on how to compile it. Then, I love the part when I shape it on the wheel that’s quick procedure, nothing that much creative. But then comes the second stage when the product becomes dry and I need to finalize it adding details and finalize the shape ! That’s the moment when I’m finally creating. Of course, when I’m opening the oven and it’s done perfectly, I see the final result. That’s the cherry on top of the cake.

Camille : Do you have favorite artists ?

Bára (Ema Mamisu) : form international artist Lucie Rie that dedicated her life to ceramic from her youth ’till her death with a very interesting style and from Czech artist which I know, Martin Hanus who’s autodidact, he works in South Bohemia. He uses wood-fired oven. His attitude to life and ceramic is very sympathic. So everytime when I’m talking to him, he’s very inspirational. I think many products we create, exist thanks to him because I was at his workshop. plus Martin Hadrava who works with him. He is a source of technology somehow. 

Camille : How was the beginnings ?

Bára (Ema Mamisu) : At the beginning I was working from home. I was going to workshop to « burn » the products. But you can’t do it for a long period of time because ceramic creates a lot of dust and dirt so we were looking for a place. We set up a budget and we wanted some size and my demand was to have the place in Létna because I live here. So I have it close to work. We were searching for something and we found with this amazing big window. It was clear since we wanted a shop in here.

The Boutique Solybox with all Ema Mamisu creations, is here.

One of her latest creation : Ceramic plate, blue is the new black

Screen Shot 2017-05-04 at 13.38.41.png

Visite d’atelier, chez Ema Mamisu

Visite d’atelier, chez Ema Mamisu

video available here.

L’atelier d’un artiste est toujours un bon endroit où commencer. J’apprécie toujours visiter un nouvel atelier. Je suis curieuse par tous ses aspects. C’est là où vous pouvez trouver de nouvelles sources d’inspiration entre les techniques et les rituels qu’on y trouve… 

Je pense que c’est le meilleur endroit qu’il soit pour découvrir les véritables valeurs et méthodes de l’artiste. La vitrine et les produits, en soi, ce n’est pas suffisant pour moi.

Ici, faisons le tour de l’atelier d’Ema Mamisu du magasin aux coulisses !

Boutique Solybox, où vous pouvez retrouver l’ensemble des créations Ema Mamisu, ici.

Plat de service en céramique

Screen Shot 2017-05-04 at 13.39.05.png

Ema Mamisu – Artisan Céramiste

Ema Mamisu – Artisan Céramiste

Screen Shot 2017-04-28 at 14.48.48.png

vidéo disponible ici.

Je suis ravie de vous introduire une nouvelle artistes, cette semaine sur Solybox. Ema Mamisu, fondée par Barbora Diduchová

Le nom de leur entreprise n’est pas une coïncidence. Lorsque les enfants tchèque apprennent leur langue, au tout début, ils doivent travailler sur la prononciation. Comme dans tous les pays d’ailleurs. Pour cela, ils doivent répéter des phrases spécifiques. Il disent « Ema ma maso », qui veut littéralement dire « Emma a de la viande ». Donc Ema Mamisu signifie « Ema ma misu », « Ema a un bol » ! 

Barbora a créé Ema Mamisu en 2013. Elle a de l’expérience en poterie et porcelaine. Petra l’a rejoint après la création de l’entreprise, en y ajoutant son savoir dans le milieu du design. Chacun de leur produit est Unique, en son genre.

C’est pour cela que je suis tombée sous le charme de leur céramique et produits dès le début. Je suis très fière de les compter parmi les Artistes Solybox. Enjoy !

La Boutique Ema Mamisu, disponible sur Solybox.com, ici.

L’une de ses dernières créations… ICI

Screen Shot 2017-05-04 at 13.39.05