Day Four: Procrastination

Day Four: Procrastination

One Page a Day

Day four

On Procrastination

The act of not being able, ready or available for making, acting upon a given project,
task or idea, at the moment. We put further delays hoping to get a better time frame, or
window of opportunities. Most of the time, we don’t act, ending with regret and
sorrow. Somehow, while being the very first person responsible for this course of non
actions, But procrastination is a natural phenomenon. And, most of the time it
happens when our task is way too big. Its so huge and so far from our present, that it
can easily been delayed. The truth (at least for me) is, if we don’t start some day we
might never do it.
Step by step: starting with baby steps is helping a lot. Adding those steps day after
day can give you something bigger and far from what you have been expecting.
Taking a concrete example: I want to “write a book. At least, 300 pages. It’s huge. It will be hard to start today especially if I only got one hour available on this given day. But One page a day, at the end of the year, I will get much more than 300 pages. Probably due to technology and progress we expect things to be much faster. The same thing happen with relationships… We expect so much and so fast !

Day Four : Procrastination

Day Three: créer avant de consommer

Day Three: créer avant de consommer

One Page a Day

Day Three

Créer avant de Consommer

Une règle d’or, que je tente d’appliquer dans mon quotidien. D’abord pour plus de productivité mais aussi et surtout pour plus d’épanouissement personnel. Consommer ici ne veut pas dire « acheter”. Lorsque j’évoque ce mot, je fais allusion à notre utilisation des écrans, des applications aux réseaux sociaux. On peut parler d’Internet en général. Ce n’est pas après une heure passée sur facebook, que je me sens plus productive. Je considère (aujourd’hui), la consommation d’Internet comme une carotte. Afin de minimiser son impact sur votre mood et productivité quotidienne, consommez-les avec modération. Pas en premier, dès le réveil. Surtout, en fin de journée, après avoir fait ou produit l’essentiel: la tâche la plus importante, celle qui vous rapproche le plus de votre objectif. Référence au livre The One Thing, que je recommande vivement. Ainsi, si vous ne débutez pas votre journée avec la carotte (appelée aussi récompense), vous serez plus à même de créer. Il est important de rappeler le rôle de l’ennui dans notre quotidien. La journaliste du Podcast Note to Self, l’a très bien décrit dans son livre: les instants d’ennuis sont propices à la créativité. De nos jours, ces moments sont remplacés par un check up de nos téléphones et notifications.

One Page a Day: Day three

Day Two: créer sa propre école

Day Two: créer sa propre école

One page a Day

Day Two: 3 septembre 2019

Créer sa Propre École

Il semblerait (et je l’espère) que nous avons quitté l’époque des études imposées. Même si nombreuses personnes semblent emprunter la « même voie » appelée « sécurité » parce qu’elle ouvre soit disant des portes que d’autres voies (qui se font plus rares d’ailleurs), n’ouvrent pas. Soit disant passant. C’est ce qui est trop souvent répété autour de nous. Des dires, des études, des statistiques. Dans cette perspective le désir même de l’individu est effacé. Il ne va pas faire ou étudier ce qu’il aime ou se passionne à faire. Au contraire, il va faire ce que l’autre lui demande ou lui recommande. Au final, on finit par satisfaire les envies et besoins de quelqu’un d’autre. Pour beaucoup, il est question de peurs. Pourtant nous n’avons pas les mêmes peurs surtout à un âge où il nous reste tant de choses à découvrir. La vie en soit, est elle-même une Grande École. Savons-nous la prendre au sérieux? Je me le demande. C’est alors que beaucoup d’institutions sont nées pour valider une sorte d’idéal. Le papier, le certificat, le diplôme est un gage de qualité mais serait-il refléter l’expérience d’une vie? De plus, ce papier permet-il d’assurer un épanouissement personnel dans la voie choisie? Rien n’est sûr. Une école de commerce ne fera pas de vous un bon manager si vous n’êtes pas en capacité de vous remettre en question face à vos pairs. Les qualités humaines parfois instinctives chez certains sont beaucoup plus ancrées dans la réalité. Ainsi l’importance n’est ni le talent, ni les certificats mais bien ce que l’on en fait et sa mise en pratique. L’expérience est et restera à mes yeux, essentielle. Elle reflète la personne que vous êtes.

Day One: on the creativity field

Day One: on the creativity field

One page a Day

Day one: 2 septembre 2019

The creative process is like dealing with the mess…


It can be really messy to wake up and create from scratch. The keywords coming to me regarding this matter are: perfectionism, fears, overwhelming…


Perfectionism: every time I’m facing the blank page I want everything to look perfect and exactly as I imagine it. But the truth is, when looking at my favorite artists, and pieces, the only thing I love in it rely in their imperfection. Because perfection in art (for me) makes me bored. And even when I am attending at creating something magnificent, I don ‘t feel any particular sensation when the lines are geographically and perfectly arranged. Imperfection gives movement, emotions to your creation. It makes us Human.


Fears: this is good fear. Fear of going “off” the line, leaving the status quo, and a certain given comfort zone. Fears are natural, healthy… When I’m facing fear while creating I know something big is waiting for me on the other side (of the creative process). I know that tomorrow I will feel closer to my goal, just because I crossed a line. Fears are very good and useful when you are in real danger, and your life might be at risk. But in the creative process, in any creative endeavour, fears are here to reminds us how Human we are, and it is asking us this important question: do you really want to do this? Because you are getting outside of your comfort zone, so it better be worth it…


OVERWHELMING: every single day we are exposed to a thousand if not million stimuli, information, and so much more. It’s getting harder to get easily to a quiet place. Our phones notifications remind us of expectations, requests, comments, judgements. Plus, also the voices in our head reminding us our worth. Creating limits is essential… because no one is going to do it for you. And when I’m getting into my creative space it’s offline and quiet. So I can easily focus on what really matters.

One page a day : day one