Une Dose de Créativité à la Leonardo Da Vinci

Une Dose de Créativité à la Leonardo Da Vinci

Source: L’artiste anglais Ralph Steadman illustrant la vie de L.D.V.

Un cadeau: outil, exercice On Creativity, inspiré des pratiques de L. Da Vinci, disponible en fin d’article.

Cette semaine je souhaite partager avec vous les secrets du créateur Leonardo Da Vinci. En se posant les questions suivantes: En quoi cet homme est-il unique ? Quelles étaient ses pratiques et ses habitudes ?

« Son comportement est volontairement excentrique. Il cultive une extravagance vestimentaire, se déclare végétarien et vit entouré de beaux jeunes hommes, ce qui déclenche en 1476 une accusation d’homosexualité dont il sera finalement disculpé. De plus, contrairement aux autres artistes de son temps, habitués à enchaîner les commandes pour vivre, Léonard élabore minutieusement ses tableaux, les laissant parfois inachevés, et leurs commanditaires furieux. Il affiche l’image d’un homme qui vit à sa guise, sans rendre comptes à personne. Un vicaire général des carmélites rapporte que l’homme mène une vie imprévisible et capricieuse; il semble vivre au jour le jour. »

Extrait d’un article de la Revue, L’Éléphant, par Éric Monsinjon

La Curiosité

“Ouvre l’oeil” (lui disait son grand-père, Antonio Di Vinci)

Da Vinci est une référence en matière de créativité grâce à son profil atypique. Contrairement à ses contemporains, il avait le don de s’intéresser à plusieurs domaines. De par la connaissance de ses oeuvres, on aura tendance à le mettre dans la case: artiste peintre. Pourtant, il n’a qu’une vingtaine de tableaux à son actif. Son authenticité: il associe et introduit des découvertes scientifiques dans ses créations. Ainsi et pour la première fois dans l’histoire de l’art, il combine peinture et anatomie!

Dans notre monde actuel, il serait difficile de le catégoriser en le rattachant à un seul métier. Il est à la fois ingénieur, architecte et artiste… L’un de ses ultimes secrets c’est son infinie curiosité pour de nombreux domaines. On les retrouve tous (sans exception) dans ses carnets (publiés par la British Library). Et comme le note nombreux professeurs, il est difficile pour nous d’imaginer un homme capable d’exceller dans autant de domaines. C’est la partie exceptionnelle qui rend le profil de Leonardo unique en son genre.

L’importance du temps

« Un génie ne crée jamais à partir de rien, mais toujours à partir d’une ligne, d’une généalogie commencée avant lui, qu’il intègre spirituellement pour ensuite s’en extraire et imposer une nouvelle création au monde. »

Extrait de la Revue, L’Éléphant, par Éric Monsinjon

À l’âge de 30 ans, Leonardo Da Vinci est payé pour dessiner des cadavres! Les années précédentes, il enchaîne les travaux inachevés. Étonnement, il n’a pas bénéficié d’éducation particulière. Il est autodidacte et s’intéresse à différentes matières, en pratiquant de façon quotidienne. Ce n’est qu’à l’âge de 46 ans, qu’il commence à connaître un certain succès et une reconnaissance. Il apprend la peinture auprès de son maître réputé Verrocchio à Florence. Pour après devenir un pair, capable de se lancer dans ses propres créations.

Ce qui nous rappelle l’importance du temps. Lorsque l’on vous présente l’oeuvre phare d’un artiste, on ne vous parle jamais du vécu (échecs) de ses expériences passées. Il y a bien entendu les exceptions comme Tiger Wood ou Mozart. La seule différence: ils ont commencé très tôt dans leur vie et ce directement dans leur domaine d’expertise.

Tout est dans la pratique

« Contempler la nature »

Leonardo se baladait toujours avec son carnet sur lui. Au moindre courant et soupçon d’idée, de créativité ou de mouvement (nature), il ouvrait son calepin pour « encrer » et dessiner toutes ses inspirations du moment. Ainsi il jouait le rôle d’observateur attentif, prêt à passer à l’action pour capturer ces indices.

De cette pratique on retient deux points essentiels :

Le pouvoir du duo papier + stylo: écrire sur papier est différent de taper des mots sur clavier ou écran. D’après les neurosciences, nous retenons mieux en écrivant. Le processus de création est tout autre et plus libérateur lorsqu’on matérialise une idée sur une forme matérielle et tacite, comme le papier.

Capturer et noter ces idées futiles parfois éphémères: le monde de la création et des idées m’a toujours inspiré. Comme par magie, il nous arrive de nous réveiller, ou de nous surprendre avec une idée venue de nul part. Souvent, on ne lui accorde que peu d’importance. On la laisse gambader, circuler sans rien y ajouter. Elle ne sera qu’une énergie passante si nous ne lui accordons pas le moindre intérêt. Un conseil clé: notez quoi qu’il arrive. Si vous n’avez pas de carnet, vous pouvez très bien enregistrer un mémo vocal sur votre smartphone.

Plus d’informations sur le sujet, dans l’Atelier en ligne: On Creativity…

Un outil inspiré des pratiques de Leonardo Da Vinci

Aujourd’hui je vous offre un outil, que j’utilise en Coaching Créatif.

Régulièrement et dans le but de trouver le sujet de ses prochaines recherches et ainsi, une certaine direction dans ses travaux, Da Vinci se posait autour d’un exercice simple, celui des 100 questions

Je vous propose une mise en pratique :

Les questions que vous vous posez sont intimement liées à votre chemin de vie et objectif du moment. Cet exercice permet un véritable recentrage, en sortant des limites car on s’intéresse ici au questionnement. Ce qui nous empêche d’être dans le jugement. Enfin, en le réalisant on prend vite compte des thématiques importantes et des questions essentielles auxquelles nous souhaitons répondre dans le cadre de nos quêtes et projets.

N’hésitez pas à partager votre vécu dans les commentaires !

Day 1 : Un article par jour

Day 1 : Un article par jour

Voilà. J’ai créé ce blog, ainsi que le site (Solybox), il y a maintenant quatre ans. La régularité et la linéarité de mes publications (et objets) ont évolué peu à peu avec le temps, mais il n’y a pas eu de constance.

Pourquoi? Je débutais ma vie d’entrepreneure, je tentais de vivre par mes propres moyens, en travaillant à côté, tout en avançant sur un projet qui me tenait à coeur. Puis, mon côté perfectionniste, qui attend que toutes les conditions et que tout soit parfait avant d’appuyer sur le bouton « publish », était loin d’être mon meilleur allié. Bref, j’ai malgré tout avancé à un rythme, qui est le mien et qui m’appartient.

Alors que je découvrais le monde de l’entrepreneuriat et du développement personnel, nombreux points m’ont bloqué. Le premier et principal, qui revient (encore) aujourd’hui, c’est la (grande) « pression », les « il faut que » et ce qu’on appelle plus simplement la fameuse « deadline ». Le mot d’ordre ultime de tous grands spécialistes du monde de la Productivité!

Ce qui fait que des gens, comme vous et moi, n’avancent pas (comme ils le voudraient) en direction de leurs rêves, ou se retrouvent dans une situation stagnante, c’est avant tout par manque de liberté. Parce qu’au fond, est-ce que des croyances liées à des « obligations » (« il faut que » à répétition), font de nous, des êtres humains libres ?

Sam Harris me l’a fait réaliser dernièrement: le libre arbitre n’existe pas. Ainsi, comment une démocratie peut-elle exister ?

On nous dit que pour réussir « il faut » accomplir des choses, faire, être dans l’action. Être plus dans la réalisation des tâches que dans la planification de ces dernières. Or, nous sommes à une époque où tout va à une vitesse fulgurante. On aura beau faire la liste de tous les livres à lire, tous les films et toutes les séries imaginables, il nous faudra plus d’une vie pour assouvir ce besoin de consommation constante d’informations. Cette envie de toujours plus, toujours trop.

Alors les « il faut que » et « deadline » à répétition, des articles dédiés à la productivité, je les mets à la poubelle, sans culpabiliser. Et au lieu de me dire et de répéter, « un jour peut-être » (comme beaucoup), je suis ici aujourd’hui et le serai de nouveau demain pour partager ce qui m’appartient, sans ligné, sans obligation. Juste par simple plaisir d’être et de faire ce qui découle de cette identitié. Tout simplement.

Accueillons la spontanéité de nos actes, et passons à la suite. La vie est mouvement. Tout est en changement constant, qu’on le veuille ou non. Avançons et suivons notre coeur parce que notre tête elle, est, et sera toujours là. Vive le lâcher prise !

C.

Un challenge à la clé (et à partager): si la perfection et le temps ne faisaient pas partie de ce moment, que feriez-vous de (dans) cet instant ? Qu’attendez-vous pour le faire ?

De la sagesse et de l’humour, avec Jim Carrey

De la sagesse et de l’humour, avec Jim Carrey

Jim Carrey, a piece of wisdom with great humour !

Comme beaucoup, j’ai grandi avec des films devenus (at least for me) de grands classiques! De Jumanji à The Mask, Robbin Williams et Jim Carrey sont les deux acteurs qui ont le plus marqué mon enfance. Pourquoi? Leur humour déjanté bien sûr !

En dehors de ses films, Jim Carrey est d’une sagesse débordante! À l’occasion d’une remise de diplôme, à l’Université de Maharishi, il a donné un discours juste et plein de sens, à destination de jeunes étudiants aux portes de la vie active. En voici les principaux éléments, que j’ai voulu synthétiser ici en quelques leçons. 

47c077c2512d4e00a76504fbbf76fee9

Leçon #1: Planter une graine

L’intention de son discours est définie dès le départ: nous inspirer à devenir une meilleure version de nous-même!

“Je suis ici pour planter une graine aujourd’hui une graine qui vous inspirera à aller de l’avant dans la vie avec des coeurs enthousiastes et un sens clair de l’intégralité. La question est: est-ce que la graine aura une chance de prendre racine? ou vais-je être poursuivi par Monsanto et être forcé à utiliser leur graine…” (rires)

Leçon #2 : Nous sommes l’acteur principal de notre vie

“Parce que la vie n’arrive pas à vous. La vie a lieu pour vous. Comment je le sais? Je ne sais pas, mais je fais du bruit et ça c’est important… C’est la seule chose qui est importante. Nous rappeler que nous sommes ici, nous rappeler que nous faisons partie d’une plus grande entité”.

Leçon #3 : Nous faisons partie d’un tout universel

“J’avais pour habitude de croire que ce que j’étais se résumait au bout de ma peau. On m’a donné ce petit véhicule appelé “le corps” avec lequel on fait l’expérience de la création… Puis j’ai appris que tout à l‘extérieur du véhicule faisait aussi parti de moi et maintenant je conduis une décapotable!”

Leçon #4 : Choisir la peur ou le courage

“Vous êtes à l’avant-garde de la connaissance et de la conscience. Une nouvelle vague dans un vaste océan de possibilités. De l’autre côté de cette porte, il y a un monde affamé de nouvelles idées, d’une nouvelle direction. Je suppose que ce que je suis vraiment en train de dire ici aujourd’hui, parfois il est normal de manger vos émotions. Maintenant la peur va être un joueur dans votre vie. Vous aurez à décider de la quantité. Vous pourriez passer votre vie entière à imaginer des fantômes, à vous soucier de la voie du futur. Mais tout ce qu’il y aura jamais est ce qui se passe ici, dans les décisions que nous prenons en ce moment qui sont fondées soit sur l’amour ou soit la peur”.

Leçon #5 : Tout est possible et rien est impossible

“Plusieurs d’entre nous choisissent leur chemin basé sur la peur déguisée en moyen pratique. Ce que nous voulons vraiment semble incroyablement hors de portée, et si ridicule que ça puisse arriver que nous n’ayons jamais osé le demander à l’univers. Je vous le dis, je suis la preuve que vous pouvez le demander à l’univers… Et si cela ne se produit pas pour vous, immédiatement, c’est seulement parce que l’univers s’est occupé à satisfaire MA commande”. (rires)

Leçon #6 : Nous n’avons qu’une vie alors autant bien la vivre!

“Mon père aurait pu être un grand comédien mais il ne croyait pas que c’était possible pour lui. Et alors il a fait un choix conservateur. À la place, il a obtenir un emploi sûr en tant que comptable et quand j’ai eu 12 ans il a été licencié de ce travail sécuritaire. Notre famille a dû faire tout ce qu’elle pouvait pour survivre. J’ai appris plusieurs grandes leçons de mon père. Non la moindre, est que vous pouvez échouer dans ce que vous ne voulez pas, ainsi il vaudrait peut être mieux prendre une chance en choisissant de faire ce que vous aimez!

Leçon #7 : Bien choisir sa mission de vie (alias Vocation)

“Quand j’ai eu 28 ans, après une décennie en tant que comédien professionnel je me suis rendu compte une nuit à Los Angeles, que le but de ma vie a toujours été de libérer les gens de leurs préoccupations, tout comme mon père”.

« What do they need that your talent can provide… »

Alors posez-vous les bonnes questions:

  • “Comment allez-vous servir le monde?”
  • “Quelle est votre contribution qui sera utile à ce monde?”

C’est tout ce que vous devez comprendre.

Je peux vous dire par expérience: l’effet que vous avez sur les autres est la monnaie la plus précieuse qui soit. J’ait fait quelque chose qui fait que les gens présentent le meilleur d’eux-même partout où je vais”.

Leçon #8 : toutes les réponses à vos questionnements sont en vous…

“Cette partie que nous recherchons en nous, se situe quelque part au-delà de la personnalité, au-delà de la perception des autres, au-delà de l’invention et du déguisement. Même au delà des efforts”.

Jim Carrey n’est pas un simple acteur. C’est un véritable artiste qui passe beaucoup de son temps dans l’art et tout particulièrement la peinture. Voici une de ses créations, avec un petit descriptif de ce quelle représente.

Titre: High Visibility (Haute Visibilité)

Commentaires de Jim Carrey au sujet de cette peinture:

“Cette peinture est grande pour une raison… C’est dans le but de collecter la lumière et d’oser être vueVoilà la partie délicate, tout le monde est attiré par la lumière. L’hôte de la fête (au sommet) pense que l’inconscience est le bonheur. Il offre toujours à boire avec des bouteilles qui vous vident. La misère (en dessous), méprise la lumière et ne peut pas supporter que vous allez bien. Il ne vous souhaite que le pire. La reine de carreau (sous lui), a besoin d’un roi pour construire son château de cartes, et celui qui est vide (dans le bas fond) va s’accrocher à votre jambe et vous dire “s’il vous plaît, ne me laissez pas derrière, car je me suis abandonné« . Même ceux qui vous sont les plus proches, et les plus en amour avec vous, les gens que vous aimez le plus au monde, vont trouver de la clarté en confrontant certains moments de la vie.

La peinture est une des façons qui libèrent de l’inquiétude. Un moyen d’arrêter le monde, grâce à la participation totale du mental, du spirituel et du physique. Mais même avec ça, vient un sentiment d’insatisfaction divine parce que finalement, nous ne sommes pas les avatars que nous créons. Nous ne sommes pas les photos sur la pellicule. Nous sommes la lumière qui brille à travers (nous). Tout le reste n’est qu’un écran de fumée et de miroirs gênant mais pas vraiment convaincant”.

Enfin, Jim Carrey a très souvent répété ces propos au sujet de la célébrité… Pour lui, les paillettes de la gloire ne résolvent (en rien) les problèmes de la vie. En bref, il confirme que l’argent ne résoudra (en rien) nos soucis…

“J’ai souvent dit que j’aimerais que les gens puissent réaliser tous leurs rêves de richesse et de célébrité afin qu’ils puissent réaliser que ce n’est pas ça qui apporte le sens de l’accomplissement. Comme plusieurs d’entre vous, j’étais inquiet d’aller dans le monde et d’accomplir quelque chose de plus grand que moi. Jusqu’à ce que quelqu’un de plus intelligent que moi m’aie fait réaliser qu’il n’y a rien de plus grand que moi. Mon âme n’est pas contenu dans les limites de mon corps mon corps est contenu au sein de l’infini de mon âme. Un champ unifié”.

“Un champ unifié de rien, dansant sans raison particulière, sauf peut-être pour se réconforter et se divertir soi-même. Comme ce changement se produit en vous, vous ne sentirez pas le monde, vous serez senti par lui. Vous serez embrassé par lui. Maintenant, je suis toujours au début. J’ai un bouton de réinitialisation et je roule constamment sur ce bouton. Une fois que ce bouton fonctionne dans votre vie, il n’y a pas d’histoire que l’esprit peut créer qui sera aussi convaincante. L’imagination construit toujours des scénarios de fabrication à la fois bons ou mauvais. L’égo essaie de vous tenir coincé dans le multiplex de l’esprit. Nos yeux ne sont pas des téléspectateurs, ils sont aussi des projecteurs qui déroulent une deuxième histoire sur l’image que nous voyons tout le temps devant nous. La peur écrit ce script et le titre du travail est “ça ne sera jamais assez”.

“I will never be enough… This is the voice of the ego”.

“C’est la voix de l’égo et si vous l’écoutez il y aura toujours quelqu’un qui fait mieux que vous, peu importe ce que vous gagnez. L’égo ne vous laissera pas vous reposer. Il vous dira que vous ne pouvez pas arrêter jusqu’à ce que vous ayez laissé une marque indélébile sur la terre jusqu’à ce que vous ayez atteint l’immortalité…”

Un dernier message à partager, avant de vous laisser ou Comment faire sa commande à l’Univers :

“Laissez savoir à l’univers ce que vous voulez et travaillez dans cette direction, tout en oubliant comment ça va arriver… Votre travail n’est pas de comprendre comment cela vous arrivera, mais d’ouvrir la porte dans votre tête et lorsque la porte s’ouvre dans la vie réelle, marchez seulement à travers elle. Et ne vous inquiétez pas si vous manquez le signal car il y a toujours des portes qui s’ouvrent. Elles continuent de s’ouvrir et quand je dis “la vie ne vous arrive pas à vous, elle arrive pour vous ». Vraiment je ne sais pas si c’est vrai. Je fais juste un choix conscient de percevoir les défis comme quelque chose de bénéfique pour que je puisse y faire face de la façon la plus productive. Vous allez développer votre propre style. Ça fait partie du plaisir”.

« Why not take a chance on faith as well ? »

Prendre sa chance avec la foi, pas la religion mais la foi, pas l’espoir mais la foi. Je ne crois pas en l’espoir. L’espoir est un mendiant. L’espoir marche à travers le feu et la foi saute par-dessous”.

Vous êtes prêts et capables de réaliser de belles choses dans ce monde et quand vous traverserez ces portes aujourd’hui vous n’aurez que deux choix: l’amour ou la peur. Choisissez l’amour et ne laissez jamais la peur vous retourner contre votre coeur enjoué”.

Vous devez vous demander, mais de quelle religion parle t-il, a t-il abusé des champignons? Loin de là. Il fait partie de ceux et celles qui appliquent à leur vie des pratiques (spirituelles) “riches” de sens.

La recette:  au quotidien, prendre le meilleur de ce qui existe pour en faire son propre système de croyance! Être le changement, sans savoir forcément le pourquoi du comment, et sans vouloir convertir le monde avec ses propres croyances… Simplement en montrant l’exemple, son propre « idéal », aussi humain soit-il… Que la sagesse de Jim vous guide en ce beau milieu de semaine… 🙂

Pour visualiser la vidéo intégrale (26:00) de son discours (2014), rendez-vous sur ce lien. Les sous-titres français sont disponibles en bas à droite de la vidéo. Enjoy!

À très vite sur solybox.me!
With love,
C.

Une belle leçon de vie, avec Henry David Thoreau

Une belle leçon de vie, avec Henry David Thoreau

Me posant mille et une questions sur nombreux sujets, je me suis replongée dans la littérature. Des livres recommandés par une auteur que j’admire beaucoup, Maria Popova. Elle partage des ouvrages littéraires (parfois oubliés), en proposant une approche moderne, sur des questions essentielles. 

En plein dans le 4ème volume du journal de David Henry Thoreau, auteur, essayiste, poète et philosophe américain (1817 – 1862), je découvre une approche familière et inspirante, destinée à tous. Désormais, ces quelques paragraphes font parties de mon quotidien. Je les relis aussi souvent que possible pour me rappeler ces principes.

Ses carnets sont d’une valeur inestimable. Je m’y plonge comme dans une bible. À une époque où nombreux sont à la recherche de sens, tant dans la vie professionnelle que personnelle, Thoreau propose une alternative. Ici, il partage des pensées, et une sagesse pour le moins universelle.

Un extrait puissant: autrement dit, un texte de motivation écrit en juillet 1850, intemporel. Un texte plein d’inspiration. Dans une société où travail ne rime pas toujours avec plaisir, où la quête de sens n’est pas toujours aussi évidente et pourtant elle paraît être plus que possible aujourd’hui.

« Consacrez-vous un peu plus à cette tâche dont vous avez parfois reconnu qu’elle était nécessaire, dont vous avez le sentiment que c’est ce que la société & votre juge le plus juste exigent de vous à bon droit. – Faites ce que vous vous reprochez de ne pas faire. On n’est ni satisfait ni mécontent de soi sans raison. – Permettez-moi de vous dire & de me le dire d’un même élan: cultivez l’arbre dont vous avez découvert qu’il donne des fruits dans votre sol. Ne regardez pas vos échecs ni vos succès passés. Le passé tout entier est autant un échec qu’un succès. Et il n’est un succès que dans la mesure où il vous offre la présente opportunité. Ne possédez-vous pas une assez bonne faculté de pensée, qui vaut bien plus que la plus rare des montres en or?”

Il propose ici une nouvelle approche du succès et de l’échec. Tout dépend, de ce que l’on décide de tirer de ses propres expériences. La suite, nous rappelle l’importance du « vivre pleinement ».

“S’il y a le moindre risque à courir, courez-le. Si vous n’en connaissez aucun, profitez de la confiance que vous avez. Ne vous souciez pas d’être religieux, on ne vous en saura jamais gré. – Si vous avez la capacité d’enfoncer un clou & que vous en avez à enfoncer, enfoncez-les. S’il y a une expérience que vous aimeriez tenter, tentez-la: c’est maintenant ou jamais. Ne nourrissez pas de doutes s’ils ne vous sont pas agréables. Renvoyez-les à la taverne. Ne mangez pas à moins d’avoir faim; ce n’est pas nécessaire. Ne lisez pas les journaux. Profitez de la moindre occasion d’être mélancolique; soyez aussi mélancolique que possible et notez le résultat. Réjouissez-vous du destin. – Quant à la santé, considérez que vous allez bien & vaquez à vos affaires – qui sait si vous n’êtes pas déjà mort? Ne vous arrêtez pas pour vous laisser effrayer; il y a des choses plus terribles à venir, encore et encore. Les hommes meurent d’effroi & vivent de la confiance. – Ne vous contentez pas d’obéir comme un légume; suivez votre idée – la « dés obéissance de l’homme & le fruit » &c. Ne vous attendez pas à trouver les choses telles que vous croyez qu’elles sont. Faites ce que personne d’autre que vous ne peut faire. Abstenez-vous de tout le reste« .

Dans ce passage, Thoreau insiste sur l’importance de suivre son chemin, ce pour quoi nous avons été amené ici. Il n’y a pas de doublon dans ce monde. L’importance de suivre ses idées, ses valeurs (de rester aligner), et de poursuivre ce pour quoi nous vivons. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise vocation ou carrière. Chacun se doit de trouver la sienne. 

Enfin je trouve que ce passage, est rempli de sagesse. Une sagesse qui serait bon de rappeler en ces jours, car vivre n’est pas subir, vivre c’est  avant tout se réaliser pleinement dans une vie qui est la nôtre. Oublier ses peurs. Se pousser vers l’inconnu (sortir de sa zone de confort). Rester fidèle à soi-même, tout en se surpassant infiniment. Bref, des mots qui raisonnent en chacun d’entre nous

Enfin, une dernière citation devenue un mantra

« Ce qui fait la particularité de la vie d’un homme ne réside pas dans son obéissance mais dans son opposition à ses instants dans telle ou telle direction; il s’efforce de mener une vie sur naturelle« .

Où vivre une vie alignée sur ses forces et ses valeurs, raisonne avec une approche « sur naturelle » de la vie. Je trouve ces mots justes et plein d’espoir!

Je vous souhaite à tous de trouver cette vie sur naturelle 🙂

Life is Beautiful with Solybox

Life is Beautiful with Solybox
Fully preparing the futur of this beautiful platform,
I’m happy to share some rich past experiences full of emotions!
 
I got a story to tell. I’ve always being attracted to the job of my dreams.
In Business School, I was dreaming of a beautiful life with a job that I love, with people I appreciate to work with…
I was imaging this job was somewhere outside, waiting for me.
I was so pretty sure about it. Not that I was completely wrong…
 
At that particular moment only, I would be satisfied and would be declaring myself as « feeling happy ».
Once I pass this semester, once I make this internship, once I get that diploma, once I finish my last year internship, it was not ending, even never I should say.
 
Time went by between the end of my studies and the end of my « last year » internships (since there were much more than one simple internship to make it work),
The day, I knew, a muse came to my ear telling me a great idea:
A charming idea, about a revolutionary box which could change more lives than a simple satisfaction of clients having a shopping time on my website.
 
In the next coming weeks, I will have the great pleasure to introduce you our first partner, an Artist I particularly appreciate, and care about. She have talent, sensitivity and courage.
Stay tuned and tell you much more very soon !!