Sagesse et Lecture

Voici quatre leçons de vie tirées de mes lectures de vacances 🌈 :

Une femme regarde les hommes regarder les femmes, de Siri Hustvedt

# Lire, pas seulement pour ressentir des émotions mais pour se retrouver transformé.

« Je partage le propos de Sontag quand elle dit que toute grande oeuvre littéraire comporte quelque chose de saisissant, sinon de choquant, une forme de reconnaissance qui n’aurait jamais eu lieu sans sa lecture. C’est une oeuvre qui vous transforme. Qui vous arrache à votre propre horizon d’attentes, celui qui oriente votre perception des choses. Qui vous laisse une marque, parfois une blessure qui ne vous quitte plus. Les clichés sont incapables de laisser de telles marques. À quoi sert la fiction? Dans le meilleur des cas, elle nous offre une occasion de quitter notre moi et de goûter à une ráliser autre, une forme de voyage qui est aussi « réelle » et potentiellement révolutionnaire que n’importe quelle autre. »

Un groupement d’essais évoquant genres (masculin et féminin), art contemporain et littérature. « Chaque livre qui me change devient moi. Sa musique, ses rythmes, ses pensées et son histoire, au départ étrangers à ma personne, se sédimentent dans mon corps et peuvent ressurgir dans ma propre écriture – mais dès lors, je ne sais déjà plus qu’ils sont là. »

Vers la beauté, de David Foenkinos

# La beauté peut être source de guérison.

« Peut-on se soigner en se confiant à un tableau ? On parle bien d’art-thérapie, de créer pour exprimer son malaise, pour se comprendre à travers les intuitions de l’inspiration. Mais c’était différent. Pour Antoine, la contemplation de la beauté était un pansement sur la laideur. Il en avait toujours été ainsi. Quand il se sentait mal, il allait se promener dans un musée. Le merveilleux demeurait la meilleure arme contre la fragilité. »

À la croisée des chemins entre plusieurs vies et histoires. On (re)découvre l’effet appaisant et ressourçant que l’art peut procurer.

Sur la route de Madison, de Robert James Waller

# Le meilleur remède au temps: lire et écrire.

« J’ai écrit ce morceau — ça m’a pris trois mois. Je voulais un truc simple, élégant. C’est facile de faire des choses compliquées. Ce qui est vraiment dur c’est la simplicité. J’ai travaillé tous les jours jusqu’à ce que ça marche bien. Puis j’ai travaillé encore. »

Au fond, il n’y a que la répétition qui compte. Peu importe sa complicité.

Le retour du Jeune Prince, par A.G. Roemmers

# Peu importe vos connaissances, ce sont vos actions et vos expériences qui détermineront qui vous êtes vraiment.

« Ce que je possédais d’expérience, je le lui avais transmis sous forme de discours, mais lui, en véritable maître, m’enseignait la sagesse sans avoir à prononcer un mot. C est alors que je pris conscience que mille livres sur l’art d’aimer ne pourrait jamais remplacer un simple baiser ou un geste affectueux. »

Les livres (notamment dans le développement personnel), représentent une véritable source d’informations. Encore faudrait-il savoir les vivre et les appliquer? C’est bien là le défaut de certains: ils ont bien lu l’information mais l’expérience de vie ne s’en fait pas ressentir…
Tag(s) associé(s):